Blog
& actualités

Retour

Le regard qui capte tous les autres

Que regardez-vous en premier dans un portrait ?
Pour un peintre comme pour un photographe, rien n’est plus intriguant, expressif, captivant, accrocheur, important que… le regard !
(La Joconde ne nous contredit pas).
Lorsque je réalise le portrait d’une célébrité, d’une personnalité, d’un dirigeant ou de collaborateurs, mon défi est le même à chaque prise de vue : capter le meilleur regard.
Qu’est-ce que le bon regard ?
Comment le révéler ?
Comment créer ce lien avec le modèle qui permet de découvrir et révéler sa personnalité ?
Spécialisé dans le portrait depuis mes débuts, je vous partage ici mes clés.

Saisir la personnalité au-delà du regard

Lorsque que je rencontre quelqu’un, je m’appuie sur mon expérience pour tenter de le mettre à l’aise.

Je me mets toujours à sa place et tente de comprendre ce qu’il ressent.

Est-il à l’aise ?

Est-il intimidé par l’objectif ?

Craint-il mon regard de photographe ?

Est-il impressionné ou plutôt amusé par le studio photo que j’ai installé dans l’entreprise ?

En portant un regard bienveillant et compréhensif dès le premier instant, mon rôle est de mettre la personne en confiance.

Tout le monde a des complexes physiques, même lorsque ce n’est pas justifié, et on craint tous plus ou moins l’appareil photo. Capter les émotions de mon modèle est essentiel pour moi.

Saisir sa personnalité me permettra de saisir son meilleur regard.

Mettre en confiance grâce à l’expérience

Dès le début d’une prise de vue, je ne dispose de quelques minutes pour créer un climat de confiance et d’intimité. Je n’hésite jamais à faire rire mon modèle en lançant des blagues spontanées (plus ou moins réussies selon les jours) qui vont à la fois détendre mon interlocuteur, créer une connivence ou simplement l’interpeller pour établir une connexion. En souriant, mon modèle oublie ses barrières un instant, quitte à parfois tomber franchement le masque pour livrer une part d’intimité. Lorsque la confiance est là, nous sommes sur la même longueur d’ondes et le shooting peut vraiment démarrer. Je vais pouvoir saisir de jolis sourires et de beaux regards. Ces regards qui expriment vraiment sa personnalité.

01
02
03

Savoir diriger sans être directif

Mon rôle en tant que photographe est pluriel.

Un peu comme un metteur en scène, je dois diriger celui ou celle que je photographie.

J’accompagne beaucoup mes modèles et j’aime cet échange. Je veux que mes interlocuteurs soient actifs devant l’objectif.

Leur donner des indications comme baisser la tête, se mettre un peu de côté, croiser les mains, les incite à la concentration.

Ils veulent bien faire et, accaparés par mes paroles, ils en oublient l’objectif et me donnent différents regards.

Des regards qui ont de la force et dégagent la petite étincelle indispensable, et c’est bien ça qui fait la force d’un portrait. Il faut qu’on sente que le sujet a du caractère, ce qui passe uniquement par le regard.

01
02
03

Planter le décor pour créer l’ambiance

Le périmètre d’un studio photo est un peu comme la scène d’un théâtre.

Même pour un portrait corporate, on joue un jeu.

Une ambiance particulière se dégage, mon interlocuteur devient personnage même s’il dirige une entreprise.

Je lui parle encore et toujours pour le mettre à l’aise et le faire sourire.

Je joue au photographe de mode pour l’amuser et l’inviter à se prendre au jeu.

Et bien souvent, ça marche.

Et puis, il y a la lumière. J’adapte ma lumière à chaque physionomie, à la forme des yeux, l’épaisseur des sourcils, le look des lunettes. Je règle toujours les éclairages pour que les yeux se dégagent de mes photos.

C’est essentiel pour moi. Le regard du sujet doit interpeller celui qui découvre le portrait.